La banque centrale du Zimbabwe a annoncé la « démonétisation » de sa monnaie nationale - le dollar zimbabwéen – qui n’est plus utilisé en raison de l’hyper inflation. Il sera remplacé par le dollar américain, avec un taux de change délirant : 1 dollar contre 35 millions de milliards de dollars zimbabwéens.

 

Imaginez un pays où un billet de 100 mille milliards, la plus grosse coupure, ne permet même pas d’acheter un simple ticket de bus. Bienvenue au Zimbabwe, nation du sud-est de l’Afrique, dont les 14 millions d’habitants sont tous multi-milliardaires. Cette situation ubuesque qui dure depuis plusieurs années va bientôt prendre fin. A partir d’aujourd’hui, les Zimbabwéens ont trois mois pour échanger leurs économies contre des dollars américains, a annoncé la banque centrale du Zimbabwe.

Dans un communiqué très étonnant, l’institution monétaire annonce sobrement que tous les habitants disposant entre 0 et 175 « quadrillions » (millions de milliards) de dollars zimbabwéens (175.000.000.000.000.000) sur leurs comptes bancaires recevront la somme de 5 dollars américains et les sommes supérieures à ce montant seront converties à un taux de 1 dollar américain pour 35 « quadrillions » de dollars zimbabwéens. Pour les espèces, la conversion sera encore plus délirante au guichet : 1 dollar américain pour 250 millions de milliards de dollars zimbabwéens. Alors comment en est-on arrivé à utiliser quotidiennement des sommes avec 15 zéros?

Une inflation supérieure à 1000% par an, avec un pic démentiel en 2008 

Pendant 15 ans, le Zimbabwe a connu une hyper inflation sans précédent, régulièrement supérieure à 1000% par an, liée à une grave crise économique qui a commencé avec la confiscation des terres des fermiers blancs au début des années 2000. Cette expropriation a découragé les investissements étrangers et fait lourdement chuter les exportations. En 2008, alors en pleine crise financière, le président Mugabe décide de faire tourner à plein régime la planche à billet et invente la fameuse coupure de cent mille milliards de dollars. Cette année là, l’inflation a touché un record de 500 milliards de pourcent, selon le FMI. Il fallait alors transporter des montagnes de billets à l’aide d’une brouette pour acheter du pain et il arrivait même que les prix augmentent deux fois par jour. Le paradoxe ultime était qu’il fallait patienter pendant des heures pour obtenir ces papiers dénués de valeur, si bien que de nombreux enfants sont nés dans des files d’attente. Des bébés aussitôt appelés « Billion », « Governor » ou encore « Barclays », relate un habitant.

C’est dans ce contexte que les Zimbabwéens ont arrêté d'eux mêmes d’utiliser leur propre monnaie depuis 2009, préférant le rand sud-africain et le dollar américain pour leurs dépenses quotidiennes. Bien que rarissime, la décision de la banque centrale du Zimbabwe était largement attendue et devrait surtout concerner les titulaires de vieux comptes d’épargne. L’institution monétaire n’a d’ailleurs mis de côté que 20 millions de dollars américains pour rembourser ses citoyens. Flairant le filon, certains ont déjà commencé à revendre leurs billets uniques au monde aux touristes et aux collectionneurs sur Internet.

 

Source: Capital.fr